Notre Camp de la Transition dérange

20664480_1111710962292244_7517512009109906117_n

Du 4 au 6 octobre se tiendra à Clermont-Ferrand la 26ème édition du Sommet de l’Élevage, un événement phare pour les professionnel·le·s de la filière et les décideurs·ses stratégiques du marché à l’international. Loin des préoccupations éthiques, écologiques et sociales, le Sommet de l’Élevage cherche à pérenniser et développer un modèle agricole violent dans sa forme la plus industrialisée. C’est pour cette raison que nous avons précédemment appelé à bloquer l’événement pour mettre en place un Sommet de la Transition, et que nous construisons notre propre Contre-Sommet du 1er au 7 octobre.

L’événement, parfaitement légal, semble pourtant particulièrement déplaire chez certains au sein de la sphère politique locale. En effet, un élu de la Mairie de Clermont-Ferrand n’a pas hésité à faire pression sur les locataires d’un terrain conventionné par la ville devant initialement accueillir le camp. Nous avons donc été contraints de quitter les lieux. A ce jour, nous n’avons eu aucune suite à notre demande de rendez-vous afin d’obtenir une réponse claire de la part de la Mairie à ce sujet. Cette tentative de censure inacceptable met en lumière les ingérences d’intérêts privés dans la vie politique et la menace que cela fait peser sur tout projet démocratique.

C’est de ce souci d’une reprise du pouvoir politique par la population que naît le caractère nécessaire de la désobéissance civile. Laisser passer un tel abus de pouvoir, c’est fragiliser l’ensemble du tissu associatif et militant. Demander l’autorisation, c’est prendre le risque d’essuyer des refus ; s’y soumettre, c’est oublier que les élus ont pour seule légitimité celle que nous leur donnons. Les lois sont censées protéger les droits des individus et de la société dans son ensemble ; si elles échouent à accomplir leur rôle, désobéir devient un devoir citoyen car aucune loi n’est plus importante que la justice. Ne laissons pas l’État dicter impunément sa loi au mépris des revendications des citoyen·ne·s !

Earth Resistance est plus déterminée que jamais à faire du Contre-Sommet de l’Elevage un succès. Un autre lieu accueillera le Camp de la Transition, preuve que la solidarité citoyenne, pleine de ressources, esquive sans peine les bâtons dans les roues placées par celles et ceux qui tentent de monopoliser le pouvoir politique. La meilleure manière de réagir aux tentatives de censure est de faire entendre notre voix encore plus fort. Montrez votre opposition à l’agro-industrie en partageant l’événement ou, mieux, en vous inscrivant au Camp de la Transition et en participant aux actions de désobéissance civile.